S'inscrire pour

Le groupe PLAISIR à Liévin le 18 octobre 2013 Imprimer Envoyer
Écrit par LAVIE FRANCOIS   

Remettre le plaisir au centre de l’action éducative en EPS

François Lavie

Communication de François Lavie au nom du groupe PLAISIR, présentée le vendredi 18 octobre 2013 à la Faculté des Sport et de l'EPS de Liévin lors de la Journée d'Etude : "Regards croisés sur la régulation du processus éducatif en EPS"

Pour voir le diaporama présenté, cliquer ici

Résumé de la communication
Une des finalités de l’Education Physique et Sportive (EPS) est la gestion de la vie physique et sociale. Communiquer le goût de la pratique physique devient donc un enjeu considérable qui n’a de sens que si les élèves éprouvent et cultivent du plaisir de pratiquer en cours d’EPS.
Pourtant, ce plaisir est souvent relégué à un second plan car la centration sur les « compétences attendues » prime parfois sur d’autres considérations éducatives. Néanmoins le processus éducatif concerne tout autant la construction des savoirs que la structuration de la personne.
Or, pour notre groupe de réflexion, le plaisir est à la fois un moyen pédagogique car il facilite les apprentissages et une finalité éducative parce qu’il favorise l’épanouissement de la personne, sa puissance d’exister.Le plaisir immédiat ou recherché est le véritable mobile de l’action et la régulation du processus éducatif en EPS est donc étroitement liée à sa présence ou son absence dans l’activité de l’élève.
Notre communication est de nature professionnelle et s’appuie principalement sur des théories scientifiques non cognitivistes (théories écologiques, approches énactives et conatives (1) en interpellant les mobiles du sujet plutôt que leurs motifs.
Dans notre pédagogie, le plaisir est une valeur et ne se confond pas avec amusement ou d’autres notions peu prisées à l’école. Le plaisir dans la pratique d’une APSA (2) provient rarement d’un simple amusement mais résulte au contraire d’une grande implication dans une tâche de niveau optimal (3).
Nous proposerons des pistes d’enseignement susceptibles de convoquer le plaisir à différents niveaux de l’action éducative : dans l’intervention pédagogique, dans la mobilisation et l’implication des élèves et dans la transformation de leur motricité.
Nous partageons la théorie (4) selon laquelle, il y a un lien étroit entre le plaisir d’agir ressenti en EPS et l’adhésion prolongée à une activité physique. Dès lors, le plaisir (ou le déplaisir) des élèves constitue un indicateur indispensable pour l’enseignant d’EPS.
 
(1) BUI-XUAN (G.), Plaisir et Sport. In P. GAGNAITRE et F. LAVIE (Coord.), Le plaisir des élèves en Education Physique et sportive. Futilité ou nécessité ?, Coédition AE-EPS et AFRAPS, Octobre 2007.
(2) GAGNAIRE (P.), LAVIE (F.), Comprendre la dynamique plaisir/déplaisir en EPS, Revue Enseigner l’EPSn° 258, AE-EPS, octobre 2012, p. 17-21.
(3) Voir à ce sujet : CSIKSZENTMIHALYI (M.), Vivre, Paris,Robert Laffont, 2004.
(4) PERRIN (C.), Analyse des relations entre le rapport aux APS et les conceptions de la santé, REVUE STAPS n° 31, 1993 et DELIGNIÈRES (D.) ET GARSAULT (C.), Libres propos sur l’éducation physique, p.84-95, éditions Revue EP.S, 2004.