S'inscrire pour

Colloque de Montpellier 2007
6è Rencontres AEEPS/Montpellier-3è Biennale/AFRAPS - COMMUNICATIONS : anthropologie du plaisir Imprimer Envoyer
Écrit par Mathieu Chantalle   

COMMUNICATIONS : anthropologie du plaisir

 Plaisirs, tenues et accessoirescolloq-2007-le-plaisir-en-eps

Monique Manoha - 7 rue Erckmann Chatrian - 54000 Nancy, Tel : 06 85 63 48 69 ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Résumé : Les activités physiques et sportives, au delà des expériences corporelles qu’elles permettent sont aussi l’occasion pour le pratiquant, qu’il soit amateur ou professionnel, d’un travail spécifique de son " look ". La construction d’une apparence " adaptée " à la pratique semble devoir concourir à la pratique même, et ce sans que les critères de reconnaissance, de confort et d’adaptation soient les seuls en jeu dans le choix des éléments de ce " look ".

Tenues et accessoires sont, aujourd’hui, les enjeux d’un marché important, et les pratiquants sportifs ont à disposition un éventail de choix de vêtements et d’objets (sacs, chaussures, gourdes, ...) de l’ordre de l’infini. Mais au fond, comment construit t’on son " apparence " de pratiquant ? Quels notions de plaisir s’y attache ? Ou plus précisement quels plaisirs sont nourris dans cette image de " soi sportif " ?

Il s’agira de conduire une enquête auprès de pratiquants amateurs " libres " (c’est à dire ayant une pratique personnelle, indépendante de toute participation dans un club) de natation, de footing et de vélo. Elle visera à interroger le rôle de l’apparence dans la pratique, mais aussi ses critères de construction.

Un deuxième volet d’enquête s’attachera à des partiquants des mêmes activités, mais cette fois inscrits en clubs sportifs, et permettra de comprendre comment le groupe induit, ou non, des comportements.


colloq-2007-le-plaisir-en-epsUne approche de recherche de type phénoménologique pour étudier le plaisir en éducation physique

Pierre Boudreau - Professeur agrégé, Faculté d’éducation Université d’Ottawa Canada 

Résumé : Plaisir d’enfant, plaisir de grand-père.

C’est l’automne. Le soleil brille, réchauffe, mais ce n’est plus l’été. La famille est réunie au verger. Une fois les pommes cueillies, tous se retrouvent autour du pique-nique. Le pique-nique est vite avalé quand on a deux ans. Les adultes veulent socialiser, mais que veut faire Justin ? Je ne lui demande pas. Je monte sur le banc d’une table à pique-nique, je marche jusqu’au bout et je saute. Justin me regarde. Avant que j’aie touché sol, Justin grimpe sur le banc de l’autre côté de la table et marche. Rendu au bout du banc, il s’arrête, regarde par terre, me regarde et dit : " Main ". Je lui tends la main qu’il saisit. Il saute, ne peut garder son équilibre, tombe.

Voilà ! C’est parti et ça va durer plus de 45 minutes.

Grimpe, marche, saute. Justin reprend sans se fatiguer même si la couleur de ses joues trahit l’intensité de son effort. Il reprend mais pas toujours de la même façon. Après quelques sauts, je tends la main, machinalement comme une routine. Il saute sans me donner la main. Et tout à coup, il me redemande la main. Parfois, il me regarde comme pour s’assurer que je ne suis pas trop loin. Parfois, il atterrit sur ses deux pieds, en équilibre, parfois il atterrit et tombe. Parfois, il veut changer de banc. Papa Jean François vient mettre un terme au jeu : " Il faut partir, c’est l’heure de la sieste ". Plaisir ? Apprentissage ? Activité de mise en forme ? Pédagogie ?

La recherche sur le plaisir en éducation physique est / devrait être considérée comme une partie intégrante de la recherche sur la pédagogie en éducation physique. Or cette recherche sur la pédagogie est orientée le plus souvent, soit vers une approche scientifique (i.e. la motivation et la mesure de son impact sur des variables psychologiques) ou vers une approche de critique idéologique (i.e. " critical theory " ). Ces approches laissent très peu de place ou cachent très loin dans le décor, cet enfant / adolescent en chair et on os, dans sa spécificité, cet enfant / adolescent dont la présence physique quotidienne doit nous rappeler notre responsabilité première comme pédagogue, cet enfant / adolescent qui vit ou non le plaisir dans sa classe d’éducation physique. Devant les lacunes de ces approches, la communication proposée décrit une approche de recherche sur le plaisir en éducation physique où l’enfant / l’adolescent occupe le centre de la scène.

Cette approche de recherche est inspirée de la phénoménologie et cherche à développer, ce que van Manen (1997) nomme une " research for action-sensitive understanding ". Une approche phénoménologique de l’étude du plaisir en éducation physique chercherait à identifier les différentes intentionnalités des enfants /adolescents afin de mieux comprendre leur relation au plaisir et le sens qu’il donne à ce plaisir. Pour identifier ces intentionnalités, une telle approche serait axée sur la description de l’expérience du plaisir en éducation physique, telle qu’elle est vécue et non telle qu’elle est conceptualisée, par les enfants et les adolescents. Dans cette approche, l’intégralité de l’expérience du plaisir doit être conservée, et non étudiée sous forme de variables ou intellectualisée sous forme d’idéologie. La vignette présentée en introduction présente une telle description d’un expérience intégrale de plaisir. Cette vignette sera utilisée pour illustrer les autres étapes de d’une recherche adoptant cette approche phénoménologique.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 7 sur 15