Recherche doc.

Fonds documentaire

S'inscrire pour

30 ans d'EPS à l'EN : "L'orthodoxie scolaire de l'éducation physique", une thèse à remanier Imprimer Envoyer
Écrit par Mathieu Chantalle   

254-255 page-couvG. Véziers  - Collège Raimu de Bandol - ex STAPS Avignon ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) 

 Revue Enseigner l'EPS, 2011, 254-255, 10-14

Introduction : "Créer un poncif c'est le génie" disait Baudelaire. Dans le domaine de l'éducation physique (EP), la maxime semble pouvoir s'appliquer à P. Arnaud et à sa "théorie" de "l'orthodoxie scolaire de l' EP". Le génie de P. Arnaud a été de dégager "du sens sur la longue durée", et de relier entre elles toutes les approches possibles de l'histoire de la discipline. "Un poncif", cette thèse l'est devenue, pour sa notoriété d'abord, mais aussi pour sa banalité présumée. Car aujourd'hui, il semble aquis que toute l'histoire de l'éducation physique peut s'analyser comme une quête de reconnaissance, impliquant son adaptation aux règles et usages du systèle scolaire, soit à "l'orthodoxie scolaire". Mais voilà également que cet algorithme, victime de ses propres atouts, devient pour certains trop "classiques", trop "passe-partout". Nombre de formateurs en STAPS rechignent de nos jours à insister sur cet engagement, beaucoup d'étudiants refusant de s'y référer par peur de manquer d'originalité.
Mais l'esprit historien ne consisterait-il pas plutôt à questionner cette thèse ? Ne peut-on considérer que le temps qui passe, loin de la démoder, en fait un objet de l'histoire ? Thèse sur l'histoire, "l'orthodoxie scolaire de l'EP" ne devrait-elle pas s'analyser aujourd'hui comme un produit de l'histoire, nécessairement marquée par le contexte dans lequel elle a été élaborée et réceptionnée ?
Alors, la relation avec "le retour à l'éducation nationale (EN) apparaît. Car, l'intégration à l'EN, au cours de cette période, n'a-t-elle pas conduit P. Arnaud et ses lecteurs à sur-évaluer la volonté de conformer l'EP aux attentes de l'Ecole, sous-estimant la force avec laquelle la profession défend pourtant ses spécificités ?
Nous le verrons, prendre en compte le principal acteur engagé dans la lutte pour la reconnaissance de l'EP, à savoir le syndicat conçu comme représentant de la majorité de la profession, conduit à relativiser et à remanier la thèse de l'orthodoxie scolaire.

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"


Mots clés complémentaires de l'auteur : syndicalisme, orthodoxie scolaire
Mots clés :EPS Histoire Sport Revue