Recherche doc.

Fonds documentaire

S'inscrire pour


It seams that module Activation (mod_jstats_activate) is not installed correctly. Please refer to JoomlaStats extension installation problem page.


Résultats
Recherche de mots-clés: Total 572 résultats trouvés.
Mot clé: Revue Classement

Hanula Ghislain - Collège Commandant Cousteau, Rognac (13), ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Llobet Eric - Collège Alain Savary, Istres (13), ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2019, 277, 25-28

Présentation : « Cet article fait suite à une publication du dernier numéro de la revue sur le thème de l’éducation à la citoyenneté 5  »L’idée est « simplement de relancer un débat sur la tension qui a toujours existé entre intentions éducatives et apprentissages culturels pouvant conduire parfois à une dérive formaliste de notre discipline. Cette controverse autour de la place de la citoyenneté dans le parcours des élèves est un élément pouvant notamment alimenter la réflexion des candidats au CAPEPS. Cet article est une invitation à maintenir une vigilance culturelle sur les formes de pratiques proposées aux  élèves ».Après avoir évoqué la place de la motricité dans les finalités de l’EPS, proposé une réflexion sur les valeurs, et analysé la proposition antérieure, les auteurs font des propositions concrètes dans le 1 er champ d’apprentissage permettant selon eux un « engagement authentique » dans les apprentissages moteurs en lien avec la dimension culturelle des activités.

 Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé

Mots clés complémentaires des auteurs : domaines, compétences générales, motricité, culture

Mots clés :Citoyenneté Revue

Faviot Amaury -Professeur EPS, Lycée Authie, Doullens (80) - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Revue Enseigner l'EPS, 2019, 277, 19-24

Présentation : « Enseigner la compétence propre n°5 en EPS reste une difficulté pour une majorité des enseignants EPS ... Comment permettre aux élèves de réellement concevoir et planifier leurs « entrainements » ? Comment concilier et transposer les Savoirs d'Entrainement, plutôt génériques et théoriques, en Savoirs Scolaires, davantage adaptés  chacun des élèves? »Comment faire pour qu'ils ne « récitent » pas et « ne reproduisent pas les pratiques apprises en amont » ?C'est à cet ensemble de constats et de remarques que l'auteur propose une démarche et des mises en œuvre en s'appuyant sur l'activité musculation, l'objectif affiché étant d'accompagner les élèves vers une attitude de « praticien apprenant ».Pour y parvenir, il met en avant la nécessaire combinaison des paramètres d'entraînement,paramètres et combinaisons que l'élève doit pouvoir être en mesure de réguler.

Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé

Documents complémentaires de l'auteur : sensations, autodétermination, autorégulation, combinaisons, continuité

Mots clés :CP5 Ressenti Revue

"Cartographie et itinéraires", un exemple d'enseignement interdisciplinaire pour mettre au centre la question du sens des savoirs sans perdre la spécificité de l' l'EPS

Mottet Martin - Professeur agrégé EPS, Collège J. du Bellay, Chollet, Docteur STAPS, Qualifié MCF ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2019, 277, 12-18

Présentation : « Loin d’être la solution miracle pour lutter contre les maux de l’école, l’interdisciplinarité constitue l’un des moyens possibles pour encourager l’élève à tisser des liens entre les différents domaines de savoirs enseignés et à croiser les regards pour appréhender la complexité de la réalité naturelle, humaine et sociale dans laquelle nous vivons (Morin, 1990 4 ). Les professeurs d’EPS constituent souvent des personnes ressources autour desquelles gravitent des projets interdisciplinaires dans les établissements ».L’auteur nous propose dans cet article une démarche qui allie l’EPS, le français, lesmathématiques et les SVT dans le cadre d’un EPI, s’appuyant sur l’activité course d’orientation. Les élèves se voient proposer « une famille de situations complexes mais fortement ancrées dans le réel, c’est à dire dans lesquelles la réussite n’est possible que si l’élève est parvenu nonseulement à tisser des liens entre les différents savoirs disciplinaires, mais surtout à les combiner pour les mettre en acte corporellement pour résoudre un problème inédit mais peu surprenant ».Le projet nous est présenté dans le détail de sa mise en œuvre. Il en ressort que « la quasi-totalité des élèves ont apprécié le caractère non conventionnel de cet enseignement, malgré leur appétence plus ou moins grande pour la CO. En comparaison avec des séquences d’enseignement traditionnelles de cette APSA, nous pensons que ce projet interdisciplinaire ne constitue pas un « détour » nous éloignant de la transmission de savoirs propres à la discipline EPS, mais bien une voie prometteuse favorisant des « connexions d'expériences» et des « pas enavant » réels dans l’activité de navigation mise en œuvre par les élèves en CO ». Par ailleurs certaines limites sont également mises en avant.

Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé  

Mots clés complémentaires de l'auteur : complexité, EPI, dispositif d'enseignement

Roche Lionel - Professeur EPS, Docteur STAPS, UFR STAPS Clermont-Ferrand, Laboratoire ACRé, Université Clermont-Clermont ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2019, 277, 7-11

Présentation : La révolution numérique en marche dans notre société génère des mutations profondes au sein de nos institutions scolaires. Enseigner avec le numérique est conjointement devenu une injonction institutionnelle et une pratique culturellement encouragée. L’enseignant doit « intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l'exercice de son métier » (Arrêté du 1er juillet 2013 relatif au référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l'éducation 2 ), et ainsi participer à une « école [qui] change avec le numérique 3 ». Ce « raz-de-marée numérique » (Mevel, 2017) touche également l’Éducation Physique et Sportive (EPS),Après nous avoir donné une définition du terme « numérique », avoir présenté un ensemble d’outils, l’auteur s’attache à nous mettre en garde contre un usage non raisonné à partir de cinq points de vigilance.

2 http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=730663 http://ecolenumerique.education.gouv.fr

En conclusion, il appelle de ses vœux le développement de travaux de recherches sur le sujet. Ilinvite par ailleurs les enseignants d’EPS à faire preuve d’une analyse critique quant aux usages.

Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé   Documents complémentaires libres d'accès

APPN scolaires et transformation des conceptions de l'EPS (2ème partie)

Dhellemmes Raymond - IA IPR Honoraire

Revue Enseigner l'EPS, 2019, 277, 2-6

Présentation : Cette publication dont la première partie est parue dans le numéro précédent (276) prolonge une réflexion amorcée antérieurement (L'EPS et ses innovations dans l'enseignement secondaire. Éléments d'une problématique 1). Il s'agit d'une hypothèse de travail appuyée sur quelques postulats initiaux.Parmi ces postulats, nous faisons nôtre cette affirmation de CHERVEL A. pour les autresdisciplines : l'EPS se construit au travers de l'activité adaptative des enseignants, lorsqu'ils tentent de faire vivre aux élèves, l'expérience singulière proposée par telle ou telle pratique de spécialité. Même si les enseignants intègrent les textes qui organisent la discipline, ces derniers constituent un support second au regard de cette exigence. Par ailleurs, comme l'indique AMADE ESCOT C., l'activité adaptative des enseignants contribue à alimenter leurs théories d'action, les conceptions qui fondent leurs décisions, leurs interventions. C'est par un dialogue avec leurs innovations que ces conceptions évoluent, voire se transforment.L'hypothèse pourrait se formuler comme suit : la massification d'une pratique nouvelle (ici les APPN) transforme « à bas bruit », les théories d'action des enseignants, stimule leurs innovations et par là même, remet en cause certains principes qui organisent leur conception de la discipline. La question des conditions qui favoriseraient ou qui feraient obstacle à cette évolution devient alors centrale pour comprendre comment s'élaborent les innovations en EPS, en rapport avec une transformation de ses « principes d'intelligibilité ». Le retour réflexif sur sa pratique est par exemple une des conditions favorables. Nous approfondissons dans cet article, cette hypothèse à propos du champ de ce qu'il est convenu de nommer l''« Activité Physique de Pleine Nature » qui s'exprime au travers de diverses PPSAD (escalade, course d'orientation, canoe-kayak, etc.)

Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé  
Mots clés :CP2 APPN Revue

G. Cogérino - Professeure des universités, STAPS, CRIS, L-Vis - Université Lyon 1 ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 275, 27-31

Présentation : Exploitant les données issues d’entretiens semi-directifs, la première partie de cet article (parue dans le numéro précédent, 274,  de la revue) pointait la diversité des modes d’approche des APEx selon les enseignants d’EPS: les inquiétudes de certains face à une activité à la définition floue, leurs angoisses associées aux souvenirs de l’épreuve d’improvisation vécue durant leur formation, les contours très hétérogènes de plusieurs modalités d’enseignement de ces activités (dirigiste, incitatif, appropriatif, etc.). Cette seconde partie exploite la description des situations pédagogiques mises en place et relatées par les interviewés eux-mêmes. Il s’agit ici de rendre vivant pour le lecteur ce qui s’enseignait, et de quelle manière, en APEx durant les années 70. Pour ce faire, les situations recueillies et associées aux commentaires des interviewés ont été scrutées en fonction de leur but pour l’élève, de l’objectif énoncé par l’enseignant, et de la nature de l’activité d’expression support ». Après avoir un point sur le  contexte de l’enseignement de l’EPS dans les années traitées  et mis en exergue la « diversité des modes d’approche de l’ExCo,  l’auteure rappelle que «les années 70 sont le théâtre de virulents conflits de points de vue concernant la nature des APEx et la justification de leur présence en EPS ». A partir de l’une des questions des entretiens (« présenter une situation «typique» des APEx selon vous, expliciter ses objectifs »), elle propose une  catégorisation en 6  points des éléments de réponses : - la référence marquée aux danses et à un support musical - la référence marquée au mime, construire une histoire - l’exploration des gestuelles, la découverte des sensations corporelles, la libération des interdits sociaux - favoriser la communication, l’interdisciplinarité - se familiariser avec l’improvisation - donner envie de faire, s’amuser, diminuer freins et réticences des élè A la question de savoir si Les APEx introduisent un renouveau en EPS posée en conclusion, plusieurs éléments de réponse sont apportés : - celui-ci semble effectif seulement chez ceux qui les enseignent régulièrement et ont suivi une formation - les APEx ne sont pas aussi subversives que les critiques le prétendaient - les approches psychanalytique et strictement technique sont absentes. - les APEx sont bigarrées tant dans leurs pratiques de que des démarches d’enseignement - cette diversité  n’est peut-être pas représentée dans les publications professionnelles de l’époque.

Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires de l'auteure : APEX, représentation, scolarisation
Mots clés :Danse Histoire Revue

Nicolas Chevailler - Professeur EPS, lycée des métiers, Jacques Prévert, Combs-la-Ville ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); Stéphane Bernier, Professeur agrégé EPS, lycée Saint Aspais, Melun ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 275, 23-26

Présentation : Les auteurs partent du constat d’une baisse significative de la motivation en EPS chez un nombre important d’élèves au fur et à mesure du déroulement de leur scolarité dans le secondaire. Ils développent dans une première partie les « freins associés à cette problématique » avant de proposer une forme de pratique particulière « la course d’obstacles ». Les freins recensés sont la compétition et son corollaire le classement, potentiellement source d’angoisse  d’une part, un besoin adolescent d’affirmation qui peut conduire au « refus de l’autorité » et à l’émergence « d’un besoin de liberté » d’autre part. La course d’obstacle est une nouvelle forme de pratique qui suscite l’engouement des jeunes du moment. Le renouvellement constant des épreuves, la dimension non institutionnelle, le passage au second plan de la compétition au profit du plaisir de pratiquer les attirent. Les choix didactiques s’appuient sur la pédagogie de la mobilisation développée par le groupe plaisir de notre association. Pour garder une cohérence malgré des lieux d’évolutions différents, des actions motrices particulières à retrouver sur chaque parcours sont définies ; les lycéens, par deux, doivent pouvoir ramper, glisser, sauter et éprouver leur équilibre sur des parcours de 2km. La suite de l’article présente avec précision le dispositif tout en précisant que cette forme de pratique embryonnaire doit faire l’objet d’une évolution pour parvenir à la forme codifiée finale « pour rentrer dans une logique d’apprentissage ». Un outil présentant des « repères d’évaluation » est également proposé. « La course d’obstacle, événement ludique et festif, trouve sa place à l’association sportive, à l’intérieur d’un parcours santé ou d’un EPI pour réconcilier les adolescents avec une pratique physique régulière, sous certaines conditions. L’élève doit être confronté, sur une distance courte, à une multitude d’obstacles nécessitant l’acquisition d’une motricité particulière en induisant une notion de risque subjectif mesuré. Il doit avoir l’impression de vivre une aventure extraordinaire, en équipe. Pour ce faire, la difficulté des parcours doit permettre à tous de réussir et notamment en s’entre-aidant ». Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Mots clés complémentaires des auteurs : course d'obstacles, expérience marquante,  pédagogie de la mobilisation
Mots clés :APPN Plaisir Revue

l'exemple du dispositif "classe ta classe" en relais-vitesse

Olivier Madelain - Enseignant EPS, collège Liberté, Drancy ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); Ambroise Le Pannérer, Enseignant EPS, collège Liberté, Drancy, ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 275, 17 -22

Présentation : Cet article pose la question des conditions préalables à remplir pour accroitre l’efficacité des apprentissages lors des séquences longues. Sans remettre en cause leur légitimité et leur valeur en termes d’apprentissages, il interroge les difficultés à tirer concrètement profit de cet allongement de la séquence. Ce constat porte plus particulièrement en milieu difficile sur certains élèves, sans cesse en quête de nouvelles expériences, susceptibles de refuser avec vigueur toute répétition et installation du travail dans la durée. Dès lors, si ces séquences longues se présentent comme une solution permettant de laisser à ces élèves le temps d’apprendre, comment résoudre ce phénomène de lassitude accru dans des APSA où la redondance des situations et des formes de pratique est à la fois un passage obligé et une conséquence de la logique de l’activité? Aussi, en s’appuyant sur les travaux du CRIEPS relatifs à la performance par capitalisation en ½ fond, nous proposons le dispositif «Classe ta classe» en vitesse relais. L’enjeu étant de permettre aux élèves de maintenir un engagement important, vecteur de répétitions et en définitive, d’une quantité de pratique suffisante à l’atteinte des objectifs établis Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Mots clés complémentaires des auteurs : séquence longue, lassitude, engagement, défit collectif

Analyse des effets d'un dispositif d'apprentissage

Apolline Binet - Professeur EPS, collège Stalingrad, Saint-Pierre-des-Corps, ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; Jonathan Gaborit - Professeur EPS, TZR collège Jean Zay, Verneuil-sur-Seine ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 275, 10-16

Présentation : Cet article présente la particularité d’être proposé par deux jeunes collègues titulaires 1ère année. Le travail qu’ils nous proposent est le fruit de leur mémoire de master 2 réalisé l’année précédente. Cette recherche vise à analyser les effets d’un dispositif d’apprentissage coopératif nommé “monter à la corde”, au cours d’une séquence de gymnastique avec une classe de 4ème de collège. L’étude a été orientée par la problématique de l’inclusion des élèves isolés au sein des groupes de travail, et plus largement au sein du groupe classe. Cette recherche a été conduite en référence au programme du cours d’action, dans le but d’accéder au caractère singulier de l’expérience vécue d’élèves engagés dans un dispositif coopératif (en particulier d’un élève isolé, et d’une élève leader dans le groupe). Les résultats, à la fois quantitatifs et qualitatifs ont permis de montrer qu’il s’est opéré, au sein du groupe de travail, une meilleure inclusion de l’élève exclu. Cette recherche ouvre des perspectives pour la réflexion des enseignants d’Éducation Physique et Sportive (EPS) sur la conception de dispositifs d’apprentissage favorables à l’inclusion et à la réussite de tous les élèves en cours d’EPS. Accès au téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Mots clés complémentaires des auteurs : interactions, inclusion, expérience vécue

Nicolas Robin - Professeur des écoles, Maître de conférences contractuel, UFR STAPS, Pointe-à-Pitre, Laboratoire ACTES ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); Eric Joblet - Professeur agrégé EPS, responsable de la licence , STAPS, Pointe-à-Pitre ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 275, 5-9

Présentation : Les auteurs nous proposent dans ce texte un champ nouveau, original pour l’EPS. Après avoir développé les fonctions de l’imagerie mentale (apprendre, motiver, gérer l’état mental, la confiance en soi, se réadapter) et proposé  un court détour par le rapport entre cette technique mentale et performance sportive, ils mettent en relation l'imagerie mentale (IM) et représentations, puis pratique en IM et pratique réelle. Ils expliquent en quoi ces deux pratiques présentent de similarités.

Le chapitre suivant porte sur les différents types et modalités d’images et d’imageries, il est suivi d’une présentation des « capacités d’imagerie ». Après ce large tour d’horizon permettant au lecteur de disposer des connaissances minimales, les auteurs donnent un certain nombre d’éléments pratiques sur les lieux, les moments intéressants pour proposer ce type de pratiques aux élèves avec un certain nombre de recommandations. Ils analysent également la complémentarité possible entre ces techniques et l’observation."

Accès au téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires des auteurs : imagerie mentale, représentation mentale, élèves
Mots clés :Apprentissage Revue

des outils relationnels et didactiques au service d'un climat de classe favorable aux apprentissages

Magali Boizumault - Formatrice ESPE Bordeaux, laboratoire LACES (EA 7437) ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 275, 2-4

Présentation : A partir d’un postulat de base, « on ne peut pas ne pas communiquer », ce texte s’attache à développer une réflexion autour des formes et des fonctions des communications non verbales (CNV) qui apparaissent de façon singulière dans notre discipline. Les principes d’une communication « plurimodale » s’appuyant sur une  simultanéité de l’activation de ses  canaux  en sont les fondements. La communication est abordée sous un angle  relationnel et interactionnel. L’auteure interroge, pour notre discipline, les formes et les fonctions possibles des interactions. Elle nous présente avec précision les CNV en général et en EPS en particulier,  sur différents plans (gestion de classe, apprentissages, ergonomie pour l’enseignant) puis en développe les fonctions. Cette présentation s’appuie sur l’observation d’une dizaine d’enseignants expérimentés (+ 10 ans d’ancienneté minimum). L’article se conclut par la mise en exergue de la  complexité des phénomènes en appelant de ses vœux une réflexion professionnelle sur ces questions, fort de l’observation selon laquelle Les CNV, dont nous savons qu’elles sont capitales dans la communication, sont  non conscientisés donc sous-investies par les enseignants.  

Accsè au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires de l'auteure : interations non verbales, climat de classe, gestes professionnels

Années 70 : De quoi les APEx sont-elles le nom ?

G. Cogérino - Professeure des universités, STAPS, CRIS, L-Vis - Université Lyon 1 ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 274, 21-29

Présentation : En EPS, jusqu’à la fin des années 60, les pratiques dansées ont longtemps été l’apanage des seules professeures : durant la formation professionnelle, folkore, danse « Malko » ou danse « moderne » ne concernaient que les femmes, étudiantes élèves-professeures ou enseignantes. Que les articles critiquent le dévergondage de la danse moderne ou se félicitent de la rigueur de la danse classique, qu’ils détaillent longuement comment former au mieux les enseignantes, on ne voit que très peu apparaître le public masculin (comme cible visée, comme protagonistes sur les illustrations photographiques) La décennie 70 bouleverse ce paysage. D’une part, le mouvement « corporéiste » diffuse dans la société (Maisonneuve, 1976), d’abord aux USA puis progressivement en France. Les groupes, les stages d’Expression Corporelle se multiplient, dépassent le seul public des artistes, comédiens, « théâtreux » pour mobiliser des enseignants, intervenant à l’école maternelle, élémentaire, secondaire. Parmi les artistes les plus connus dans le monde de l’EPS, Pinok et Matho (par ailleurs enseignantes d’EPS à l’ENSEP Filles), Claire Heggen et Yves Marc, mais aussi Isaac Alvarez (avec Gil Mons) organisent de nombreux stages d’Expression Corporelle où se retrouvent des enseignants d’EPS. Au sein du CPS FSGT, qui organise également des stages très fréquentés par les enseignants d’EPS et les étudiants préparant le CAPEPS (stages Maurice Baquet), le groupe Expression Corporelle se crée en 1971 Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Documents associés en libre accès Mots clés :Éditer les étiquettes

J. Krier - Professeur agrégé EPS, collège Marais de Villiers, Montreuil (93) ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); S. Lavaud - Professeur agrégé EPS, lycée international Winston-Churchill ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 274, 17-20

Présentation : L’objet de notre proposition est de présenter un dispositif participant à la construction du vivre ensemble ancré dans l’acquisition d’habiletés motrices au cours d’une séquence d’enseignement de rugby. Il repose sur deux indicateurs, à savoir les actions positives et le score permettant de croiser les dimensions individuelle et collective lors de l’apprentissage et maintenir une certaine responsabilité individuelle dans le projet collectif. Ces deux indicateurs s’intègrent dans une organisation autour des rôles sociaux amenant les élèves à co-construire des compétences. Un tableau révélant le degré d’acquisition de la compétence attendue offre aux élèves une lisibilité sur le chemin de l’apprentissage. Un tel dispositif peut donc être proposé régulièrement au cours de la séquence d’enseignement afin de permettre aux élèves de situer ses progrès et ceux de son équipe. Cette lisibilité ainsi que la visibilité de ces évolutions sont constitutives et font parties intégrantes de ce que nous appelons le « faire ensemble ». Nous situons ces réflexions dans le prolongement du travail effectué par B.Marrier et S.Lavaud(Revue EPS 363, 2014) et J.Krier et S.Lavaud (Revue EPS 372, 2016) sur les situations complexes et inscrivons notre démarche dans la dynamique engagée par le CRIEPS.

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires des auteurs : vivre ensemble, compétence, indicateurs

Les indicateurs de compétence au service d'un socle "incarné" en EPS

E. Testud - Professeur EPS, collège Lafayette, Le Puy, Groupe ressource EPIC ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 274, 12-16

Présentation : Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture définit les missions essentielles de l’École en explicitant ce qui paraît pertinent pour tous les élèves et pour la société présente et en devenir. Il traduit un projet global de formation qui donne une vision plus claire de l'éducation publique pour laquelle toutes les disciplines doivent se référer afin de construire une cohérence éducative. Il s'agit pour nous, professionnels de l'EPS, d'éclaircir la contribution originale, irremplaçable de notre discipline à la formation du futur citoyen. Nous souhaitons dépasser le fait de considérer le socle, les finalités éducatives comme de simples considérations politiques, comme une « autre chose » qui serait à la marge de notre identité disciplinaire, et qui ne modifieraient pas, au bout du compte, les pratiques professionnelles. Nous souhaitons définir les relations, le chaînon manquant qui met en valeur un socle « incarné » en EPS. L'évaluation par indicateurs de compétence, qui constitue le centre de la réflexion du groupe EPIC, est au cœur des relations socle / EP Accès au téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"Documents associés en libre accès Mots clés complémentaires de l'auteur : EPS soclé, Indicateurs de compétences, DERC

I. Jourdan - Formatrice ESPE, Toulouse, Docteure, STAPS et Sciences de l'Education ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 274, 9-11

Présentation : Si enseigner consiste à transmettre un savoir, il semble unanimement admis aujourd'hui que ces savoirs sont adressés, portés par une voix et mis en scène, portés par une voix et mis en scène par un corps.  Longtemps considérées comme annexes, les questions relatives au corps et à la voix de l'enseignant, à la gestuelle, à l'investissement de l'espace, sont désormais et depuis quelques années objets de recherche. Trouver sa posture, se déplacer dans l'espace, moduler sa voix en fonction des différentes intentionnalités pédagogiques, constituent autant de défis pour le jeune enseignant.... Autrement dit, comment penser le corps et la voix de l'enseignant comme deux outils essentiels pour créer un climat de classe propice aux apprentissages? Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"   Mots clés complémentaires de l'auteure : présence, corps, voix

L. Szerdahleyi - Maître de conférences, IREDU, ESPE de Dijon ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); V. Morin -   Agrégé d’EPS, Le Raincy, Académie de Créteil ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 274, 2-5

Présentation : Aux concours du CAPEPS et de l’Agrégation d’EPS, la première épreuve écrite d’admissibilité consiste en une dissertation portant sur les fondements sociohistoriques et épistémologiques de l’éducation physique et sportive. Les rapports de jury insistent sur la nécessité, pour les candidat.es, d’adopter une démarche critique et engagée. Ils déplorent, en revanche, des difficultés d’ordre méthodologique dans l’utilisation de la citation mise en exergue des sujets. Ce double constat interroge les pratiques en formation. Entremêlant les points de vue d’un formateur et d’un étudiant admis à la dernière session de l’Agrégation, cet article propose de discuter l’intérêt du compte-rendu de lecture, avec la volonté de démêler les apports et limites d’une telle pratique pédagogique au plan méthodologique, scientifique, professionnel et personnel. Plus largement, il s’agit de mettre en débat la place de la lecture et de l’écriture, synthétique et distanciée, dans les formations en STAPS.

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires des auteurs : CAPEPS – Agrégation – Écrit 1 – Compte-rendu de lecture

B. Rey - Université Livre de Bruxelles ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2017, 274, 2-5

Présentation : Comme dans beaucoup d’autres pays, la notion de compétence est désormais présente dans les référentiels et programmes scolaires français. L’auteur du présent texte n’est pas spécialiste d’EPS. Il ne s’attachera donc nullement à présenter aux professeurs de cette discipline des recommandations pratiques pour mettre en œuvre, dans leur enseignement, l’approche par compétences. Il voudrait, plus modestement, éclaircir autant que possible la notion de compétence, en montrer les enjeux et répondre à quelques-unes des controverses qu’elle suscite souvent.

On verra notamment en quoi, contrairement à une opinion répandue, la notion de compétence ne s’oppose nullement à celle de savoir, mais au contraire l’implique et l’exige : pas de compétence sans savoir. On verra également en quoi la notion de compétence permet de voir sous un jour nouveau certaines difficultés rencontrées par les élèves.

 Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Mots complémentaires des auteurs : compétences, savoir-faire, difficultés scolaires, attendus scolaires
Mots clés :Revue

M. Belhouchat - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; P. Gagnaire - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; Y. Morizur - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; L. Mougenot - lucie.mougenot - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Revue Enseigner l'EPS, 2017, 273, 26 - 30

Présentation : Une des perspectives du groupe PLAISIR 3, l'un des quatre groupes ressource de l'AEEPS, est de pouvoir répondre aux préoccupations de chacun ; c'est la raison pour laquelle il s'active autour de 4 champs complémentaires : le pédagogique, la recherche, la publication et l'institutionnel. L'objectif essentiel du séminaire 2017 a été de nouer des liens forts entre ces quatre versants dans l'optique de synthétiser et d'harmoniser une conception commune et partagée du plaisir de pratiquer et d'apprendre en EPS autour d'une modélisation de notre pédagogie de la mobilisation. Aussi une partie du séminaire a été organisée en quatre ateliers, chacun correspondant à un champ. L'article que nous présentons ici a pour projet de présenter au lecteur les réflexions développées dans le cadre de ces journées d'échanges Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Mots complémentaires des auteurs : mobilisation, plaisir d'agir, adaptation  

G. Hanula - collège Commandant Cousteau, Rognac (13), Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; J.Y. Saulnier - collège La Grande Bastide, Marseille (13), Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; C. Aulas - collège Diderot, Sorgues (84), Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Revue Enseigner l'EPS, 2017, 273, 17 - 25

Présentation : Dans le champ d'apprentissage N°1, les attendus de fin de cycle des programmes 2016 pour le collège portent sur la combinaison d'une course d'un saut et d'un lancer pour réaliser la meilleure performance cumulée pour le cycle 3 et sur faire des choix pour réaliser la meilleure performance dans au moins deux familles athlétiques en cycle 4. Activité retenue comme Activité académique de l'académie de Nancy-Metz dans le cadre du précédent programme, nous nous sommes appuyés sur cette proposition et l'avons adaptée à la fois aux ambitions de la réforme et à notre philosophie professionnelle.

 Accès au téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"  Documents associés en libre accès Mots complémentaires des auteurs : combiné athlétique, cibles, auto-reférencement, équité, vivre ensemble, autonomie, choix

pour aider l'enseignant à déterminer des Zones Individualisées de Performance

 C. Albertini - collège de Porticcio, académie de Corse, membre du groupe AEEPS EPICG, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Revue Enseigner l'EPS, 2017, 273, 14 - 16

Présentation :Cet article se place en continuité de nos propositions à propos des indicateurs de compétence au service des apprentissages et de l'enseignement de l'EPS dans l'activité natation de vitesse (Enseigner l'EPS, revue AEEPS N° 270, 2016). En insérant nos propositions dans les réflexions du groupe EPIC (Évaluation Par Indicateurs de Compétence), nous avons souhaité proposer une démarche ancrée sur l'utilisation d'indicateurs de compétence qui permettent de quantifier et de qualifier les apprentissages des élèves.La volonté de « renseigner en direct » a pu s'opérationnaliser à partir du développement de notre tableur numérique. Dans le cadre d'une évaluation diagnostique sur 25 m en natation de vitesse, la saisie de seulement deux données (le temps et le nombre de coups de bras) permettait d'afficher en direct différents indicateurs de compétence comme les paramètres de nage (amplitude, fréquence et indice de nage), ainsi que la prescription d'un thème de travail prioritaire (amplitude ou fréquence) personnalisé.Chaque élève se voit alors prescrire dès le début de la séquence d'enseignement un thème de travail prioritaire personnalisé :l'amélioration de son amplitude ou de sa fréquence pour augmenter sa vitesse de nage.

Ainsi, nous avons pu mettre en évidence que pour des élèves de sixième engagés dans une séquence d'apprentissage de 10 heures de pratique effective, un enseignant peut raisonnablement attendreune amélioration de 5 à 25 % de la performance initiale des élèves. Ce qui correspond principalement à une marge de progression entre 5 et 10 secondes sur 25 mètres crawl nagé vite.Au travers des réflexions du groupe EPIC et de l'évolution de la valeur moyenne des pourcentages de gain en fonction des performances initiales, il a été montré que :• 80 % des élèves ont besoin de se transformer du point de vie de l'amplitude et 20 % du point de vue de la fréquence de nage• un élève avait plus de chance de faire des progrès importants lorsque la performance initiale était faible.• les élèves du « groupe fréquence » progresseraient plus (tous progressent) et mieux (les marges sont plus importantes) que ceux du « groupe amplitude ».Tous les élèves n'auraient donc pas les mêmes marges de progression au regard de leur performance initiale d'une part et de leur thème d'apprentissage, d'autre part.

 Accès au téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"  Documents associés en libre accès Mots complémentaires de l'auteur : indicateurs de compétences, renseigner en direct, zone individualisée de performance, activité prédictive - rétro active; interactions humaines
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>