Recherche doc.

Fonds documentaire

S'inscrire pour

Résultats
Recherche de mots-clés: Total 24 résultats trouvés.
Mot clé: Pédagogie Classement

M. Belhouchat - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; P. Gagnaire - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; Y. Morizur - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; L. Mougenot - lucie.mougenot - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Revue Enseigner l'EPS, 2017, 273, 26 - 30

Présentation : Une des perspectives du groupe PLAISIR 3, l'un des quatre groupes ressource de l'AEEPS, est de pouvoir répondre aux préoccupations de chacun ; c'est la raison pour laquelle il s'active autour de 4 champs complémentaires : le pédagogique, la recherche, la publication et l'institutionnel. L'objectif essentiel du séminaire 2017 a été de nouer des liens forts entre ces quatre versants dans l'optique de synthétiser et d'harmoniser une conception commune et partagée du plaisir de pratiquer et d'apprendre en EPS autour d'une modélisation de notre pédagogie de la mobilisation. Aussi une partie du séminaire a été organisée en quatre ateliers, chacun correspondant à un champ. L'article que nous présentons ici a pour projet de présenter au lecteur les réflexions développées dans le cadre de ces journées d'échanges Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Mots complémentaires des auteurs : mobilisation, plaisir d'agir, adaptation  

G. Cogérino - Professeure des Universités à Lyon

1ère Biennale de l'AE-EPS - 17-18 octobre 2015

Présentation : En s'appuyant sur différentes études, l'auteure montre d'une part l'utilisation particulière de la note comme moyen de pression pour limiter les comportements « déviants » (indiscipline ou manque de participation) et d'autre part que ces arrangements évaluatifs sont présents en EPS quel que soit le milieu sociologique de l'établissement (fav/défav.)

Diaporama en accès libre

Mots clés complémentaires :  évaluation sommative, notation, arrangement évaluatifs

C. Sève - Inspectrice Générale de l'Éducation Nationale, groupe EPS

1ère Biennale de l'AE-EPS, 17-18 octobre 2015

Présentation : Conférence qui vise aider à penser des modalités d'observation « aidantes » pour les élèves et à envisager leur mise en œuvre au sein de différentes formes de suivi des apprentissages des élèves.

Diaporama en libre accès

Mots clés complémentaires : suivi, régulation, guidage, accompagnement, observation, démarche d'enseignement

A. Feyfant - Chargée d'études à l'Institut Français de l'Éducation de Lyon

1ère Biennale de l'AE-EPS, 17-18 octobre 2015

Présentation : Place de l'évaluation dans les systèmes scolaires français et internationaux

Diaporama en libre accès

Mots clés complémentaires : notation, feedback, système scolaire, évaluation formative, évaluation par compétence

 De l'évaluation des compétences attendues à l'observation de l'activité de l'élève

O. Dieu - PRAG EPS (Université du Littoral). Docteur en STAPS (thèse de l'université d'Artois)

Revue Enseigner l'EPS, 2015, 266, 12-17

Présentation : Cet article fait suite à une invitation de l’AE-EPS Régionale de Clermont-Ferrand pour un week-end pédagogique sur le thème du badminton au mois d’octobre 2014. L’initiative visait en une conférence présentant des travaux de recherche le vendredi soir, couplée d’une matinée pédagogique « sur le terrain » afin de mettre en pratique les éléments théoriques présentés. En s’appuyant sur une approche conative et ergonomique, nos recherches portent sur l’objectivation du sens du mouvement en badminton selon les intentions de jeu du débutant à l’expert via l’accélérométrie. Nos résultats nous amènent à questionner les exigences pédagogiques dans cette activité (les compétences attendues) mais aussi certaines pratiques professionnelles. Nos propos sont à prendre avec toutes les limites liées à notre population expérimentale (50 joueurs de niveaux différents de l’étudiant débutant au joueur de l’équipe nationale) et ne visent aucunement à remettre en cause les enseignants mais plutôt une lecture prescriptive du concept de « compétence attendue ». Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"   Vidéos supports en libre accès :

 

 

Mots clés complémentaires des auteurs  : compétence, mobilisation, expérience, régulation

F. Lavie & P. Gagnaire - Professeurs agrégés d’EPS, Clermont-Fd, Co-responsables du groupe ressource « Le Plaisir en EPS » ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Colloque "Vers une éducation au plaisir de pratiquer. Orientations et pistes pédagogiques", Groupe ressource "Plaisir en EPS",22 et 23 mars 2014 à l'Université Catholique de Louvain.

Résumé : L’école doit-elle prendre en charge l’éducation au plaisir de pratiquer ? Oui, car une des finalités majeure de l’EPS devrait être de communiquer le goût durable de pratiquer pour lutter contre la sédentarité. Nous adhérons à la théorie (Perrin, 2007) selon laquelle, il y a un lien étroit entre le plaisir d’agir et l’adhésion prolongée à une activité physique. Il est alors indispensable que les élèves cultivent du plaisir à pratiquer en cours d’EPS.Or les programmes, centrés sur les compétences attendues, génèrent une didactisation « froide » qui relègue à un second plan toute prise en considération du plaisir d’agir. Pourtant, le plaisir est non seulement un levier d’apprentissage efficace mais surtout un puissant générateur de confiance et d’estime de soi. La compréhension du processus plaisir-déplaisir peut expliquer les tendances à l'action (effort) ou à l'inaction (apathie) d'une personne. La réplique de ce processus favorise ou nonson épanouissement (Lavie & Gagnaire, 2014).Ainsi la question de l’éducation au plaisir de pratiquer n’appelle pas une réponse didactique mais pédagogique ! Comme le souligne Parlebas (1991), « Toute intervention éducative repose sur des finalités indépendantes des procédures didactiques ». Toutefois une éducation ne peut pas fonctionner à vide au risque de n’être que vertueuse.Pour la mettre en œuvre nous proposons une pédagogie de la mobilisation qui articule les apprentissages proprement dits en EPS et l’éducation au plaisir de pratiquer. Elle s'appuie sur deux préceptes :

Susciter assez rapidement du plaisir d’agir, de pratiquer dans une APSA Faire entrevoir un espoir de plaisir plus élaboré (et pas nécessairement plus intense)

Cette pédagogie concilie de manière équilibrée les aspects formatif et éducatif de l’EPS . Le volet formation pour développer la puissance d’agir de l’élève c’est-à-dire l’acquisition de compétences pour gérer sa vie physique et sociale de manière autonome. Le versant éducation pour augmenter sa puissance d’exister, contribuer à son épanouissement personnel etalimenter sa relation de plaisir à la pratique physique, ici et maintenant pour ailleurs et plus tard.L’enjeu est de taille pour l’EPS car si cette éducation au plaisir se réalise, elle formera davantage de pratiquants à profil hédoniste plus enclins à s'entretenir de façon régulière.

Diaporama en accès libre

F. Lavie - Co-responsable du groupe ressource "PLAISIR"

Journée "J. Zoro" "Vers quelle EPS?", 4 octobre 2014

Pourquoi une telle visée ?

Le plaisir disparaît progressivement au cours d'EPS ... Le sport, support de l'EPS, n'a plus de même pouvoir de mobilisation ... Le didactisme et le cognitivisme ont asséché les émotions, le sensible ... Le plaisir est pourtant la première motivation invoquée par les jeunes pour faire du sport en dehors de l'école (Ipsos )

 .... Pour que les élèves croient encore en l'école et développent un habitus santé en EPS#fb

 Diaporama et document vidéo en accès libre

Mots complémentaires : mobilisation, finalité

T. Tribalat - IA IPR Honoraire. Membre du groupe ressource CEDREPS

Journée "J. Zoro" "Vers quelle EPS?", 4 octobre 2014

Parce que la société évolue dans son ensemble, Parce que les usages du corps évoluent, Parce que les pratiques sportives évoluent, Parce que l'école évolue,

L'EPS ne peut pas ne pas évoluer !fb#

 Diaporama et vidéo en accès libre Mots clés complémentaires : Mobilisation, finalité, objets d'enseignement, forme de pratique scolaire, culture, corps

F. Lavie - Professeur agrégé EPS, lycée Godefroy de Bouillon, Clermont-Ferrand ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); P. Gagnaire - Professeur agrégé EPS, collège Oradou, Clermond-Ferrand ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2013, 262, 5 - 9

Présentation : Le séminaire de l’année précédente nous a forgé la conviction que le plaisir n’était pas un contenu d’enseignement 2. Il est donc impossible d’en proposer une didactique car il n’est pas relié à un objet culturel. Le plaisir, s’il a pourtant bien une fonction essentielle enEPS, est plutôt un objectif éducatif ainsi qu’un moyen d’enseignement. A la fois besoin eténergie mobilisatrice, le plaisir conduit in fine à une certaine puissance d’exister émancipatriceet génératrice de projets d’action de plus en plus ambitieux. Le plaisir d’agir ne relèvedonc pas de l’apprentissage mais de l’éducation!Or une éducation renvoie à des valeurs, donc suppose une certaine philosophie, une certaine éthique. Le thème de l’éducation au plaisir servira de fil conducteur au séminaire autour des questions essentielles suivantes :

Une éducation au plaisir est-elle souhaitable ?• Une éducation au plaisir est-elle possible ? Finalement qu’entend-on par une éducation au plaisir ? Quelles différences entre une personne « bien et mal » éduquée au plaisir ? Qu’est-ce qu’une personne « bien éduquée » au plaisir en EPS ? Comment éduquer au plaisir dans les pratiques ludomotrices ? Ce thème, un peu provocateur, n’a de sens que s’il est relié à un cadre de réflexion sur leplaisir en EPS.

Document en libre accès

Mots clés : plaisir d'agir, dynamique plaisir/déplaisir, plaisir/motivation, plaisir/valeur, éducation au plaisir; enjeux éducatifs, pédagogie

S. Allec - Docteur en Sciences de l'Education, Formateur transversal sur les thématiques de "L'autorité" et de la "Gestion des conflits", Académie de Nice, Professeur agrégé EPS, Lycée Audibert, Antibes.

Revue Enseigner l'EPS, 2014, 262, 2 - 4

Introduction : La gestion du groupe est une priorité éducative et une compétence professionnelle qui est inévitablement associée, entre autres, à la capacité d’organiser le travail en classe 1. Etre dans la capacité de faire face à l’élève difficile, de gérer le conflit, relève d’une formation permettant d’acquérir a minima des connaissances et des savoirs qui, avec l’expérience et la diversité des contextes, permettront à l’enseignant d’agir de manière relativement efficace et durable tout en conservant des valeurs morales et des principes éducatifs.Le modèle que je propose d’adopter dans cet article consiste à répondre aux quatre questions qui me sont les plus fréquemment posées en conférence par les différents types de public enseignant, mais également ceux de CPE et de personnels de direction.

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires de l'auteur : gestion de conflit, autorité, élève difficile, violence

A. Contin - PRAG UFR STAPS Paris Ouest Nanterre, Membre de l'association VIF (Volley-ball - Innovation - Formation) 

In : "Forme de pratique scolaire, objet d'enseignement et d'intervention", Collection : Les cahiers du CEDRE/CEDREPS, Publishers : AEEPS, 2013, Vol.13 : 25-39

Résumé : L’intention de cet article est de montrer l’intérêt pour l’enseignant de travailler sur la thématique large de la défense en volley-ball et, de façon plus précise, de viser comme objet d’enseignement le fait « d’être toujours prêt à sauver le ballon et de se déplacer le plus tôt possible pour ne pas le laisser tomber au sol ». Nous avons cherché à insister sur l’importance de travailler sur les attitudes des élèves qui, dans les premiers cycles, sont souvent passives et attentistes, ce qui a pour effet d’entrainer des pertes de balle involontaires et répétées. Tout en restant dans une logique qui consiste à chercher à gagner le point, nous pensons qu’on ne peut être efficace en attaque en volley-ball que si l’on défend bien ! C’est donc bien quand l’échange commence à exister que nous permettons aux élèves de vivre une véritable expérience de volley-ball. Ainsi, nous montrons comment l’enseignant peut amener ses élèves, même débutants, à faire vivre le ballon un peu plus longtemps, et donc à trouver du plaisir à jouer au volley, à un volley-ball de leur niveau.

Accès au téléchargement de l'article - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

L'ouvrage est disponible sous forme pdf -  voir sommaire Mots clés complémentaires de l'auteure : logique interne, sens.

M. Belhouchat - Professeur agrégé EPS, lycée général et technologique Joliot-Curie, Nanterre, membre du groupe ressources AE-EPS "Plaisir en EPS" ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); Y. Morizur - Professeur EPS, lycée général Lucie Aubrac, Courbevoie, membre du groupe ressource AE-EPS "Plaisir en EPS" ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

In : "La leçon en question", Dossier :"Enseigner l'EPS", Publishers : AE-EPS, 2013, n°1, 74-80

Présentation : En milieu scolaire, l'activité demi-fond laisse souvent des traces négatives, source de déplaisir chez les élèves. Il nous a semblé opportun de reprendre le questionnement de T. Tribalat qui, en 1985, se demandait déjà : "Ne faudrait-il pas s'appuyer sur un autre mode d'approche des activités athlétiques tant au plan des contenus enseignés qu'au plan de la démarche pédagogique utilisée ?" Le milieu pédagogique présenté ici, coeur de nos leçons d'EPS en demi-fond, s'attachera avant tout à laisser aux élèves des traces affectives positives mémorables, source de plaisir, favorisant l'apparition d'une certaine "puissance mobilisatrice". Accès au téléchargement de l'article - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé L'ouvrage est disponible sous forme pdf

J. Cizeron - Professeur agrégé EPS, IUFM d'Auvergne ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ); M. Cizeron - Maître de conférence, UFR STAPS Clermont-Ferrand ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

In : "La leçon en question", Dossier :"Enseigner l'EPS", Publishers : AE-EPS, 2013, n°1, 48-53

Présentation : L'article présente des éléments de conception et d'analyse de l'enseignement de la danse à l'école  maternelle, à partir d'un projet articulant des activités graphiques avec des activités corporelles. Dans un premier temps, l'analyse porte sur l'explicitation de la démarche d'enseignement. Celle-ci comporte un volet didactique et un volet pédagogique. Le premier concerne le rôle dévolu à l'interaction des élèves avec les objets pour faire advenir le geste dansé. De type investigation-structuration, la démarche pédagogique adoptée consiste à articuler des phases d'exploration sensori-motrice, de verbalisations, et d'élaborations gestuelles. Dans un second temps, l'analyse porte sur la progression des leçons en lien avec l'évolution des conduites des élèves. Accès au téléchargement de l'article - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" L'ouvrage est disponible sous forme pdf Mots clés complémentaires des auteurs : enseignement, objet, progression

La Régionale AE-EPS Paris-Ile de France a proposé un bistrot pédagogique le 22 septembre 2012 avec ce thème, animé par :

B During - Professeur des Universités, Directeur de l'UFR STAPS de l'Université Paris-Descartes

"Nous avons un vieil ancrage dans la professionnalisation, qui renvoie pour nous à la maîtrise des vécus et des intériorisations de la pratique.Je vous propose de prendre des exemples dans ce que j’ai pu constater quand je suis arrivé dans les années 1970 à l’ENSEP – qui, hélas, a fermé depuis.Je suis arrivé en même temps que la dernière promo-tion des « ENSEPIENS » (1970-73). Bien sûr, il s’agissait dans cette école de former les enseignants d’Éducation Physique (EP). Mais ce qui m’a tout de suite intéressé à cette époque, c’est que tous les métiers de la motricité étaient ouverts aux enseignants d’EP – qui étaient des fonctionnaires Jeunesse et Sport. Certains allaient travailler dans des centres de rééducation physique avec une formation complémentaire, soit en rééducation motrice – très biomécanique –, soit en psychomotricité. D’autres pouvaient envisager de travailler dans le monde sportif, puisque évidemment étant fonctionnaire Jeunesse et Sport, le professeur d’EP avait vocation à devenir CTR, entraîneur national, etc. D’ailleurs, en 1970, il y avait des sportifs de haut niveau à l’ENSEP ; ils venaient de l’INS (ndlr : Institut national des sports) juste à côté. Et puis, à partir du département des activités de pleine nature, il y avait des projets de formation des futurs cadres à intervenir dans les parcs nationaux avec des projets : sport-aventure, sport-pleine nature, etc.Donc, dans cet ancrage professionnel, il y avait une formation culturelle et scientifique, et déjà une ouverture assez large des débouchés"....

Compte rendu en libre accès

Mots clés complémentaires : concours, formation des enseignants
Mise en place du système d'Evaluation Par Contrat de Confiance (EPCC) proposé par André Antibi

Ce thème a été proposé lors d'un bistrot pédagogique le 3 juin 2010 par la Régionale AE-EPS de Paris-Ile de France. Il était animé par : 

C. Croc - Professeure de mathématiques, Membre de Comité du Mouvement Contre la Constante Macabre (MCLCM)

"En France, pour qu'une évaluation soit considérée comme sérieuse et intéressante, il faut que la moyenne soit aux alentours de 10/20. Les élèves sont répartis en 3 « tas » : les bons, les moyens et les mauvais. On retrouve cette répartition dans toutes les classes, quelque soit le niveau des élèves. Si dans une classe, vous avez 15/20 de moyenne, personne ne vous dira : « C'est super, tu fais du bon boulot ! »Les parents, les élèves et les collègues ont des doutes et s’interrogent: « Est-ce que tu fais bien le programme ? Est-ce que ce n'est pas trop "démago" ? Est- ce que tu n'es pas trop laxiste ? »C'est un problème culturel, un poids de la tradition ; on est toujours sous le joug d'une évaluation dont le rôle est de partager les élèves en trois « tas », voire même en deux « tas » : ceux qui réussissent, et ceux qui ratent. Et si dans votre évaluation personne ne rate, vous êtes très vite source d’inquiétude. Alors une fois, ça passe… Deux fois, les doutes arrivent… Et trois fois, les gens commencent à s'inquiéter « Est-ce que mon fils est dans une classe normale ? La prof’ est-elle à la hauteur ? »C'est André Antibi qui a mis le doigt là-dessus il y a une vingtaine d'années"......

Compte rendu en libre accès

Mots clés complémentaires : réussite
Illustrations dans les activités athlétiques scolaires

La régionale AE-EPS Paris Ile de France a programmé le 17 novembre 2011 un bistrot pédagogique animé par

T. Choffin - Professeur agrégé d’EPS, Formateur à l’IUFM de Créteil, Entraîneur de jeunes athlètes

"Créer lors des leçons d’EPS les conditions pour un développement effectif des ressources des élèves ; structurer, organiser et finaliser l’enseignement afin de permettre à chacun d’entre eux de construire de réelles compétences dans les APSA scolaires : ces intentions restent au coeur de l’activité professionnelle de l’enseignant d’EPS.Quelles propositions concrètes envisager dans les activités athlétiques scolaires ?Cette thématique des ressources et des compétences me paraît essentielle, car elle interroge d'une part notre mission, et d'autre part la structuration et la finalisation de notre enseignement.Si nous ne développons pas les ressources des élèves, et si nous ne développons pas de réelles compétences dans les activités physiques et sportives en EPS, qui va le faire ?" ......

Compte  rendu en libre d'accès

Mots clés complémentaires : forme de pratique scolaire, compétences, ressources

La Régionale AE-EPS de Paris Ile de France a organisé un bistrot pédagogique portant sur la violence à l'école le 20 mai 2010,

Animé par B. Moignard - Maître de conférences en sociologie à l'Université Paris-Est-Créteil, Membre de l'Observatoire international de la violence à l'école

"La violence à l’École fait figure de « nouveau problème social » depuis le milieu des années 1990.L’idée d’une contagion de l’École par la rue, en particulier dans un certain nombre de collèges et de lycées de quartiers populaires, s’est très nettement imposée dans le discours public, relayée par un certain nombre de professionnels de l’École.Cette intervention vise à rendre compte des apports de la recherche sur la nature et l’évolution de la violence à l’École, en France et ailleurs, tout en interrogeant la manière avec laquelle les établisse-ments scolaires se confrontent à leur environnement sur cette question".

Compte rendu en libre accès

Mots clés complémentaires : différenciation, violence, exclusion scolaire, politiques scolaires, curricula scolaires
Une journée avec R. Catteau

J.P. Muguet - ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ), E. Morvan - Etudiante STAPS, Licence 3ème année, option natation, FSSEP université de Lille 2 ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2012, 256, 11-16

Sommaire :

Rappel de la position de l'auteur vis-à-vis des formation traditionnelles Séance pratique introductive et test didactique Démarche de l'auteur par deux entrées : par propositions didactiques par fondements théoriques

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" 

A consulter en complément , le site de R. Catteau
  Atelier de pratiques proposé en 2013 par la Régionale AE-EPS de Dijon Animé par S. Delarche

Parce que l'escalade en milieu scolaire suggère des enjeux liés à la sécurité mais pas seulement, l'enseignant d'EPS doit permettre à tous ses élèves de construire certains repères. Des repères sécuritaires, mais aussi et surtout des repères moteurs, sensationnels et relationnels.

Cette journée de formation s'est proposée de créer un lien entre les compétences attendues de niveau 1 et de niveau 2 et de les décliner en choix didactiques et pédagogiques.

Certaines capacités ont été éprouvées, souvent en situation de défi, pour soi ou avec les autres:

S'équiper, s'encorder, assurer en 5 temps, se vérifier, maîtriser la descente. Puis, sur un aspect moteur, privilégier les jambes pour comprendre ensuite comment lire une voie et mettre en relation le sens des prises avec des placements et des relâchements. Maîtriser ses émotions sur des chutes volontaires a permis à tous et toutes de s'éprouver et mieux se connaitre. L'esprit de cordée a alors pris tout son sens.

Retenons que l'escalade, APSA riche mais complexe, implique des choix éclairés et assumés de la part des enseignants d'EPS. C'est ce que cette journée a tenté de leur apporter, dans un climat convivial et chaleureux.

Diaporama en libre accès

Trajets des conceptions de l'Education Physique et Sportive chez les acteurs de la discipline et dans les textes officiels (1980-2011)

J. Gleyse - Professeur IUFM, Université de Montpellier II ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )  

 Revue Enseigner l'EPS, 2011, 254-255, 15-21

Résumé  : Un récent article ou ouvrage (AFRAPS) vient de faire le point sur les transformations contemporaines de l'Education Physique. Un ouvrage antérieur avait proposé une analyse allant des années 1980 à l'an 2000. Ces documents ont permis de poser un certain nombre de problèmes et de développer des analyses stimulantes concernant l'histoire récente de l'Education Physique. Le poids des groupes de pression, tout autant que celui du contexte politique et sportif y a été largement étudié.   Un article, au sein du dernier ouvrage paru s'est particulièrement intéressé aux transformations du regard porté sur la pédagogie aussi bien en EPS que dans l'école en général.  Le texte qui suit souhaite reprendre ce travail mais en le centrant davantage encore sur l'EPS dans l'école entre 1980 et 2011. Il étudiera du même point de vue les positions des acteurs et groupes de pression (syndicats, inspection générale, AEEPS, AFRAPS ...) au cours de cette période. Il propose l'idée déjà évoquée dans le travail précédent d'une "éradication des pédagogues" du champ de l'EPS et d'un glissement de l'élève vers le savoir pour ce qui est des conceptions de l'EPS, c'est-à-dire, en définitive, d'une régression de quelques 60 ans.

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaire de l'auteur : acteurs, textes officiels, groupes de pression
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>