Recherche doc.

Fonds documentaire

S'inscrire pour

Résultats
Recherche de mots-clés: Total 92 résultats trouvés.
Mot clé: Histoire Classement

G. Cogérino - Professeure des universités, STAPS, CRIS, L-Vis - Université Lyon 1 ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 275, 27-31

Présentation : Exploitant les données issues d’entretiens semi-directifs, la première partie de cet article (parue dans le numéro précédent, 274,  de la revue) pointait la diversité des modes d’approche des APEx selon les enseignants d’EPS: les inquiétudes de certains face à une activité à la définition floue, leurs angoisses associées aux souvenirs de l’épreuve d’improvisation vécue durant leur formation, les contours très hétérogènes de plusieurs modalités d’enseignement de ces activités (dirigiste, incitatif, appropriatif, etc.). Cette seconde partie exploite la description des situations pédagogiques mises en place et relatées par les interviewés eux-mêmes. Il s’agit ici de rendre vivant pour le lecteur ce qui s’enseignait, et de quelle manière, en APEx durant les années 70. Pour ce faire, les situations recueillies et associées aux commentaires des interviewés ont été scrutées en fonction de leur but pour l’élève, de l’objectif énoncé par l’enseignant, et de la nature de l’activité d’expression support ». Après avoir un point sur le  contexte de l’enseignement de l’EPS dans les années traitées  et mis en exergue la « diversité des modes d’approche de l’ExCo,  l’auteure rappelle que «les années 70 sont le théâtre de virulents conflits de points de vue concernant la nature des APEx et la justification de leur présence en EPS ». A partir de l’une des questions des entretiens (« présenter une situation «typique» des APEx selon vous, expliciter ses objectifs »), elle propose une  catégorisation en 6  points des éléments de réponses : - la référence marquée aux danses et à un support musical - la référence marquée au mime, construire une histoire - l’exploration des gestuelles, la découverte des sensations corporelles, la libération des interdits sociaux - favoriser la communication, l’interdisciplinarité - se familiariser avec l’improvisation - donner envie de faire, s’amuser, diminuer freins et réticences des élè A la question de savoir si Les APEx introduisent un renouveau en EPS posée en conclusion, plusieurs éléments de réponse sont apportés : - celui-ci semble effectif seulement chez ceux qui les enseignent régulièrement et ont suivi une formation - les APEx ne sont pas aussi subversives que les critiques le prétendaient - les approches psychanalytique et strictement technique sont absentes. - les APEx sont bigarrées tant dans leurs pratiques de que des démarches d’enseignement - cette diversité  n’est peut-être pas représentée dans les publications professionnelles de l’époque.

Téléchargement gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires de l'auteure : APEX, représentation, scolarisation
Mots clés :Danse Histoire Revue

Années 70 : De quoi les APEx sont-elles le nom ?

G. Cogérino - Professeure des universités, STAPS, CRIS, L-Vis - Université Lyon 1 ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2018, 274, 21-29

Présentation : En EPS, jusqu’à la fin des années 60, les pratiques dansées ont longtemps été l’apanage des seules professeures : durant la formation professionnelle, folkore, danse « Malko » ou danse « moderne » ne concernaient que les femmes, étudiantes élèves-professeures ou enseignantes. Que les articles critiquent le dévergondage de la danse moderne ou se félicitent de la rigueur de la danse classique, qu’ils détaillent longuement comment former au mieux les enseignantes, on ne voit que très peu apparaître le public masculin (comme cible visée, comme protagonistes sur les illustrations photographiques) La décennie 70 bouleverse ce paysage. D’une part, le mouvement « corporéiste » diffuse dans la société (Maisonneuve, 1976), d’abord aux USA puis progressivement en France. Les groupes, les stages d’Expression Corporelle se multiplient, dépassent le seul public des artistes, comédiens, « théâtreux » pour mobiliser des enseignants, intervenant à l’école maternelle, élémentaire, secondaire. Parmi les artistes les plus connus dans le monde de l’EPS, Pinok et Matho (par ailleurs enseignantes d’EPS à l’ENSEP Filles), Claire Heggen et Yves Marc, mais aussi Isaac Alvarez (avec Gil Mons) organisent de nombreux stages d’Expression Corporelle où se retrouvent des enseignants d’EPS. Au sein du CPS FSGT, qui organise également des stages très fréquentés par les enseignants d’EPS et les étudiants préparant le CAPEPS (stages Maurice Baquet), le groupe Expression Corporelle se crée en 1971 Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé" Documents associés en libre accès Mots clés :Éditer les étiquettes

des années 1970 à nos jours : questionner l'incertitude

L. Grun - Prag EPS, STAPS Metz, chercheur associé au CRULH, Université de Lorraine - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Revue Enseigner l'EPS, 2017, 273, 2 - 6

Présentation : L’objet de cet article est de relater l’histoire de l’enseignement de la course d’orientation (C.O.) en milieu scolaire. Pour ce faire, les références ont été croisées avec le témoignage d’une actrice-clé du développement de l’activité, Christine Vagner. Cette dernière est, avec d’autres collègues enseignants d’EPS, à la base du développement de la C.O. en Moselle d’abord, mais plus largement à l’échelon de la Lorraine, voire au niveau national. En reprenant son parcours, sa trajectoire, ses actions et représentations, on s’inscrit dans la perspective de la micro-histoire, qui réhabilite le récit et place au premier plan les individus et les évènements.

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots clés complémentaires de l'auteur : pratique scolaire, standardisation

De la gymnastique à l’EPS, une discipline en constante évolution.   Dans l'émission "Rue des Ecoles", sur France Culture, 23 avril 2017   Laurent Pétrynka : directeur de l'UNSS (Union nationale du sport scolaire)Patrick Clastres : professeur d'histoire du sport à l'Université de Lausanne au sein de la Faculté des sciences sociales et politiques (ISSUL)Thierry Tribalat : ancien IA-IPR (Inspecteur d'Académie - Inspecteur pédagogique régional), membre de l'AEEPSMaurice Mazalto : Chef d'Etablissement scolaire   "L'année scolaire 2016-2017 est celle de l'Olympisme à l'école et à l'université. Nous allons en expliquer les objectifs mais c'est surtout l'occasion pour Rue des écoles de se pencher sur les vertus éducatives du sport... du sport que dis-je?! De l'EPS : l'éducation physique et sportive, une discipline scolaire qui va bien au delà du sport et dont l'histoire, des années 60 à nos jours, mérite d'être évoquée."   Accès libre à la source

Découvrez, en une frise interactive, les textes qui ont régi ou régissent en France l'Education Nationale

Accès aux sources

M. Avisse-Desbordes - Professeure agrégée EPS, Coordinatrice du Conseil de rédaction site/revue, Président d'honneur de l'AE-EPS

Revue Enseigner l'EPS, 2016, 270, 4-5

Présentation : Du "bulletin de liaison" des anciens élèves de l'ENSEP à  "HYPER", revue de l'Association des Enseignants d'EPS, à "Enseigner l'EPS", revue de l'Association pour l'enseignement de l'EPS : extraits de l'article collectif des rédacteur successifs.

Document en accès libre documents associés en libre accès 

Mots clés complémentaires de l'auteure : Amicale, AEEPS, revue-site
Mots clés :Histoire Revue

D. Abonnen - Professeur agrégé EPS, Président d'honneur de l'AE-EPS, Docteur en Histoire contemporaine

Revue Enseigner l'EPS, 2016, 270, 2-4

Présentation : Raymond Dessendier ne se doutait pas,le 22 septembre 1936 en déposant les statuts de l'Amicale des Elèves et Anciens Elèves de l'Ecole Normale d'Education Physique à la Préfecture de Paris, que cette création perdurerait aussi longtemps bien après la fermeture de l'Ecole de formation des professeurs d'EPS et qu'elle prendrait une telle orientation. Il le fait sans doute à l'instigation d'Ernest Loisel, le nouveau directeur de l'ENEP dont il était très proche

Document en libre accès

Mots clés complémentaires de l'auteur : Amicale, ENEP, Education Physique Scolaire, Loisel

Mots clés :Histoire Revue

Collectif national du CEDREPS

Revue Enseigner l'EPS, 2016, 269, 7-17

Présentation : Lors de son dernier séminaire 2015 à l’ESPÉ de Lyon les 20 et 21 novembre, le collectif national du CEDREPS a échangé sur les nouveaux programmes d’EPS du collège à partir de plusieurs contributions. L’objet de cetarticle est de présenter les éléments d’analyse partagés par les membres du collectif comme nous l’avions fait lors de la sortie de la première version des programmes en avril 2015. Nous souhaitons ainsi contribuer au débat mené ausein de l’AE-EPS et de la profession sur cette question essentielle pour notre discipline.Mais d’abord rappelons nos positions :

 une conception de l’EPS réaffirmant sa filiation aux valeurs de l’école de la république et faisant du pratiquant cultivé son objectif. Ainsi pensée, l’EPS s’avère être à la fois une discipline d’enseignement et de vie scolaire une conception actualisée de la culture scolaire relative aux pratiques corporelles de notre temps qui s’incorpore notamment au travers d’activités adaptatives en rupture avec les motricités usuelles. une conception sur les savoirs communiqués en EPS par la pratique physique qui impose de « cibler » les objets d’enseignement une conception sur des activités proposées aux élèves faisant des FPS (formes de pratique scolaire) une spécificité scolaire qui permettent à tous les élèves de vivre des « tranches de vie » de handballeur, gymnaste, nageur...

C’est à partir de ces positions que le CEDREPS a analysé ces nouveaux programmes. L’analyse se présentera en deux parties. La première portera sur une comparaison des programmes du collège applicables à la rentrée 2016 avec ceux parus en 2008. Les trois fonctions d’un programme serviront de filtre pour mener cette comparaison. La seconde se propose d’étudier la cohérence interne de ce texte. La réforme du collège laisse une marge importante d’initiative aux enseignants pour qu’ils élaborent dans le cadre du socle commun, leurs contenus d’enseignement au niveau de l’établissement. Cela va obliger les équipes EPS à repenser le programme au niveau local.

 Document en libre accès

F. Lavie - Président de l'AE-EPS

Revue Enseigner l'EPS, 2016, 269, 2-6

Présentation : Le travail qui suit tente de préciser le positionnement de l'AE-EPS sur les nouveaux programmes d'EPS, puisque depuis leur parution officielle, nous ne nous sommes pas vraiment exprimés sur cette toute nouvelle version. Après la consultation sur les programmes organisée d’avril à juin 2015, le CSP a présenté la version définitive des programmes des cycles 2, 3 et 4 le 18 septembre à Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale. Les textes, parus en avril dernier, ont été réécrits notamment à partir des différents rapports de synthèse (Consultation nationale, Contributions académiques des corps d’inspecteurs territoriaux) ainsi qu’à la suite des différentes auditions (personnalités de l’IGEN, IA-IPR, IEN, l’AE-EPS et le SNEP). Ces nouveaux programmes ont été ensuite validés par le Conseil supérieur de l’éducation et publiés au Bulletin officiel spécial n° 11 du 26 novembre 2015. Mais il s’agit en fait d’une toute nouvelle version des programmes et non d’une version amendée de la version initiale 2 . Le document que nous avions alors réalisé pour le CSP est donc, d’une certaine manière, caduque. Quel regard l’AE-EPS peut-elle alors porter sur ces nouveaux programmes d’EPS ?Les commentaires qui suivent proviennent d’une synthèse de divers textes issus de l’histoire récente de l’association et entérinés par le Conseil national. Ce document constitue une base de réflexion produite par différents groupes de rédacteurs de l’AE-EPS sur laquelle peut s’appuyer le travail des membres de l’association, bureaux régionaux et groupes ressource.   Document en libre d'accès

Mots clés complémentaires de l'auteur : socle commun, principes éthiques de l'AEEPS, curriculum de formation

Engagement associatif et formation professionnelle continue des Enseignants d'EPS (période 1936 à 1982)

D. Abonnen Thèse de doctorat d'histoire, présentée sous la direction J-M Guillon, Université Aix-Marseille I (2010)

Résumé : A l'origine association rattachée à l'Ecole Normale d'Education Physique, l'Amicale s'est transformée par le jeu de pressions internes et d'évènements liés à l'Education physique.Structure de défense et de promotion de l'enseignement des ENSEPS, ses dirigeants revendiquent l'EPS comme une discipline scolaire et un statut correspondant à ses enseignants. Organisés en réseau régionalisé, les activités qu'ils proposent prennent la forme d'une véritable formation continue. Les stages et les publications diffusent des formes novatrices de pédagogie de l'EPS et en particulier les formes sportive et artistique.Ses responsables veulent faire de l'association un lieu d'échanges et de débats en favorisant son ouverture à toutes les sensibilités professionnelles de l'enseignement de l'EPS. Cette volonté se heurte toutefois à des difficultés qui sont les conséquences des orientations nouvelles de la discipline EPS que l'association a contribué à favoriser. Cette étude constitue une possible voie d'accès à l'histoire d'une discipline scolaire abordée à travers celle de ses praticiens. C'est également l'histoire de l'éclosion du concept de formation professionnelle continue en EPS

documents en libre accès

Partie 1  Partie 2 Annexes1 Annexes2 Annexes3

Mots clés complémentaires de l'auteur : Amicale, AEEPS

J. Saint-Martin - Professeur des Universités, Strasbourg

Conférence donnée à l'invitation de la régionale AE-EPS de Lyon, le 16 décembre 2015

Présentation : C’est une histoire des représentations de l’imaginaire, des croyances, des pratiques et des acteurs abordée au travers trois exemples Eduquer /instruire par l’exercice corporel (fin XIXe entre deux guerres). EPS et genre (1959 1989) Histoire de l’EPS et épistémologie des APAIC de 1985 à nos jours. Diaporama en accès libre

L. Szerdahelyi - Professeur EPS, Le Blanc Mesnil. Chercheur associé au CRIS (Université Lyon 1), Qualifié CNU en sociologie, Histoire et STAPS (19. 22 et 74è sections) ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2015, 267, 26-28

Présentation : Attentive à l'intégration des femmes dans une profession historiquement dominée par les hommes, cette thèse apréhende la diversité des parcours d'enseignantes d'EPS au regard des expériences individuelles. Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"   Mots complémentaires de l' auteur : genre, parcours, carrières, égalité

G. Bonnefoy - Professeur agrégé EPS honoraire ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2015, 267, 21-25

Présentation : suite de l'article du n° 266 - Contexte : Maurice Portes nous a quitté en Décembre dernier. Cet article rappelle son engagement au service de la réflexion disciplinaire, à nos côtés Document en libre accès   Mots complémentaires de l' auteur : stages de l'Amicale, EPS discipline d'enseignement, pratique scolaire des APSA, culture scolaire desAPSA, théorie de l'exercice

G. Bonnefoy - Professeur agrégé EPS Honoraire ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. )

Revue Enseigner l'EPS, 2015, 266, 26-29

Présentation : Dans cet article, nous nous emploierons à répondre à la question suivante : comment les stages de l 'amicale ont ils effectivement contribué à cette  longue phase de construction de l'EPS, comme discipline d'enseignement,ou à préciser encore les contours d'une culture scolaire des APSA à venir ?

Accès au téléchargement - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé"

Mots complémentaires de l'auteur : stages de l'Amicale, EPS discipline d'enseignement, pratique scolaire des APSA, culture scolaire des APSA, théorie de l'exercice

Quelles conséquence pédagogiques ?

Y. Morizur - Professeur EPS-Doctorant, Cité scolaire Les Renardières-Lucie Aubrac Courbevoie, Laboratoire ED 48 LIRDEFF,Montpellier

Colloque "Vers une éducation au plaisir de pratiquer. Orientations et pistes pédagogiques", Groupe ressource "Plaisir", 22 et 23 mars 2014 à l'Université Catholique de Louvain.

L’objet de cette conférence est de présenter les principaux résultats obtenus dans le cadred’une recherche portant sur l’enseignement du demi-fond au sein de la revue EP.S de 1950 à2010. L’usage du mot plaisir a permis de cerner les pratiques d’enseignement proposées auxélèves dans le cadre de l’activité demi-fond. Le choix de cette dernière n’est pas neutre etrenvoie sans doute à la dimension la plus exacerbée de « l’ascétisme scolaire » et d’une formede méritocratie valorisant les efforts physiques et le dépassement de soi. Mais la question desvaleurs n’est pas mise en évidence dans les articles. La légitimité de ce « sport de base »repose sur un postulat, le développement des ressources aérobies, et sur une relation « courselongue-santé » qui relève de l’évidence. Le plaisir est questionné dans la mesure où ce typed’effort inhabituel, voire douloureux pour des élèves peu entraînés et souvent contraintsn’apparaît que dans une perspective lointaine et hypothétique. A titre d’illustration il noussemble que le philosophe Alain a synthétisé la problématique que les enseignants d’EPSdevaient résoudre dans l’organisation de leurs pratiques pédagogiques en demi-fond: « lesvrais problèmes sont d’abord amers à goûter ; le plaisir viendra à ceux qui auront vaincul’amertume » ; reste aux enseignants à dépasser cette amertume. L’hypothèse que nous avonsformulée fait référence à la gestion dialectique de ce dépassement.Il s’agit selon nous d’un dilemme professionnel qui se caractérise par une utilisation du plaisirà des fins pédagogiques tout en mettant l’accent sur les dimensions scolaires de la discipline.Les résultats nous invitent à relativiser l’impact de cette rationalisation des pratiquespédagogiques. L’usage du mot plaisir apparaît de manière ponctuelle et circonstanciée dansles articles. De nombreuses « ruses pédagogiques » ont été trouvées par les enseignants pourmotiver les élèves, ou tout au moins éviter le déplaisir.Ainsi, la transformation d’une pratique individuelle en pratique collective et la constructiond’une auto-détermination via les projets de course ont été les deux principales solutionstrouvées par les enseignants pour maquiller le travail en jeu.

Diaporama en libre accès

  J. Saint-Martin – Professeur des universités en STAPS à la Faculté des sciences du sport de Strasbourg   Conférence proposée par la Régionale de Paris, le 15 janvier 2015   Présentation : « En préparant cette rencontre, je me suis dit qu'il serait intéressant de vous présenter une nouvelle approche de l'histoire de l'éducation physique qui ne la réduise pas systématiquement à son histoire institutionnelle. Cette nouvelle approche – qui a maintenant une dizaine d'années – s'inscrit dans le courant de l'histoire culturelle. Ce soir, je voudrais en particulier vous convaincre de l'intérêt d'étudier les pratiques, et notamment les pratiques professionnelles, afin de savoir si les enseignants d'EPS ont toujours été des passeurs culturels, ce que je crois. Cette histoire culturelle de l'éducation physique pourra, me semble-t-il, apporter une plus-value aux copies d'écrit 1 des CAPEPS et agrégations. » Diaporama en accès  libre Mots clés complémentaires de l'auteur : acculturation, genre

F.  Bergé - Professeur EPS, lycée professionnel, Saint-Chamond, membre du groupe ressource AEEPS - CEDREPS; R. Dhellemmes, IA IPR honoraire, membre du groupe ressource AEEPS - CEDREPS

In : " Entre programmes et innovations", Collection : Les cahiers du CEDRE/CEDREPS, Publishers : AEEPS, 2012, Vol.12 : 99-111

Résumé : Quoi de plus banal que cette activité de course longue proposée par les enseignants d’EPS à leur classe depuis des décennies ? Cela dit, depuis que des programmes ont progressivement remplacé les instructions, cette activité de déplacement prolongé s’est-elle transformée ? Cette transformation est-elle significative d’un changement de point de vue de la discipline EPS, est-elle significative d’une autre intelligibilité ? D’aucuns diraient de transformation de la« matrice disciplinaire » de l’EPS ? Pour notre part, nous le pensons. C’est en tout cas l’hypothèse qui nous fera analyser dans un premier temps les textes institutionnels organisant ces activités. Nous nous posons ici la question des conditions du « glissement de sens » du terme activité. Dans un premier temps il désigne une tâche à réaliser. Puis il incorporera progressivement une autre dimension : celle de la signification pour le sujet pratiquant, de sa mise en action. Dans un article à venir, nous validerons cette hypothèse à partir d’une analyse des pratiques effectives. Nous envisagerons également les obstacles aux transformations des principes d’intelligibilité de l’EPS (qui se trouvent en arrière plan des conceptions de notre discipline), que ne traduisent pas forcément les cadres d’écriture des programmes. Nous alimenterons ainsi une des thèses du CEDREPS qui est d’affirmer la prééminence de « l’action conjuguée des maîtres et des élèves » (Chervel) dans la construction des discipline Accès au téléchargement de l'article - gratuit pour les adhérents et abonnés "web partagé  L'ouvrage est disponible sous forme pdf - Sommaire Mots clés complémentaires des auteurs : course de durée, course en durée, savoir s'entraîner

G. Bonnefoy - Professeur Honoraire EPS, membre du groupe CEDREPS

3èmes journées d'études du CEDREPS, Lyon, 1 et 2 février 2014.

 Document en accès libre

Commentaires à propos de l'intervention

Conférence de A. Hébrard - Professeur des Universités, Inspecteur Général Honoraire

 Journée "Paname" 2011 : "L'EPS à l'Education Nationale 1981 - 2011" Régionale AE-EPS Paris Ile de France

La Régionale AE-EPS Paris-Ile de France a proposé un bistrot pédagogique le 22 septembre 2012 avec ce thème, animé par :

B During - Professeur des Universités, Directeur de l'UFR STAPS de l'Université Paris-Descartes

"Nous avons un vieil ancrage dans la professionnalisation, qui renvoie pour nous à la maîtrise des vécus et des intériorisations de la pratique.Je vous propose de prendre des exemples dans ce que j’ai pu constater quand je suis arrivé dans les années 1970 à l’ENSEP – qui, hélas, a fermé depuis.Je suis arrivé en même temps que la dernière promo-tion des « ENSEPIENS » (1970-73). Bien sûr, il s’agissait dans cette école de former les enseignants d’Éducation Physique (EP). Mais ce qui m’a tout de suite intéressé à cette époque, c’est que tous les métiers de la motricité étaient ouverts aux enseignants d’EP – qui étaient des fonctionnaires Jeunesse et Sport. Certains allaient travailler dans des centres de rééducation physique avec une formation complémentaire, soit en rééducation motrice – très biomécanique –, soit en psychomotricité. D’autres pouvaient envisager de travailler dans le monde sportif, puisque évidemment étant fonctionnaire Jeunesse et Sport, le professeur d’EP avait vocation à devenir CTR, entraîneur national, etc. D’ailleurs, en 1970, il y avait des sportifs de haut niveau à l’ENSEP ; ils venaient de l’INS (ndlr : Institut national des sports) juste à côté. Et puis, à partir du département des activités de pleine nature, il y avait des projets de formation des futurs cadres à intervenir dans les parcs nationaux avec des projets : sport-aventure, sport-pleine nature, etc.Donc, dans cet ancrage professionnel, il y avait une formation culturelle et scientifique, et déjà une ouverture assez large des débouchés"....

Compte rendu en libre accès

Mots clés complémentaires : concours, formation des enseignants
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>